fbpx
Sailing Kerguelen

Tuto DIY – Faire de l’essuie-tout lavable soi-même, ou comment dire adieu au Sopalin

Tuto DIY – Faire de l’essuie-tout lavable soi-même, ou comment dire adieu au Sopalin

A bord de Kerguelen, nous avons de plus de en plus une approche responsable et zéro déchet. Nous nous sommes récemment lancés dans différents projets de couture afin de réduire nos déchets au quotidien. Le plus important ? Faire de l’essuie-tout lavable soi-même pour dire adieu au Sopalin dans nos poubelles. Pourquoi ? C’est assez simple : il n’est pas toujours évident de maîtriser le (sur)emballage des produits dont nous avons besoin à bord. Nous avons donc décidé de nous attaquer dans un premier temps aux déchets faciles à éliminer. Le Sopalin (ou essuie-tout) était le premier sur la liste.

Grâce à ce tuto couture, vous apprendrez comment faire de l’essuie-tout lavable et réutilisable pour remplacer vous aussi le Sopalin jetable que vous utilisez peut-être encore. N’ayez crainte, je n’avais jamais touché une machine à coudre avant de me lancer dans ces projets. Pour vous dire à quel point c’est simple…

Comment passer à l'essuie-tout lavable en tissu

Nous l’évoquions dans l’article sur notre transition écologique : emménager à bord de Kerguelen nous a poussés à être plus conscients de la vitesse à laquelle notre poubelle se remplit et donc attentifs aux déchets que nous générons. A terre, Le Sopalin (ou essuie-tout) a longtemps été une solution facile et nous l’avons consommé dans de multiples circonstances. C’est donc tout naturellement que nous avons embarqué des rouleaux à bord lors de notre emménagement. Et pourtant, nous nous sommes rapidement rendu compte qu’il était possible d’agir différemment et d’arrêter de consommer de l’essuie-tout jetable. Mais par où commencer ? Ce produit est à ce point ancré dans nos habitudes qu’il a d’abord fallu analyser l’usage que nous avons du Sopalin et réfléchir à des solutions durables et réutilisables.
Faire du Sopalin ou essuie-tout lavable zéro déchet soi-même

Finalement, remplacer l’essuie-tout jetable dans notre quotidien ne semble pas sorcier. Par contre, plusieurs personnes nous ont interpelés sur le fait qu’on cherchait à avoir une approche responsable mais qu’on consommerait davantage d’eau avec l’essuie-tout lavable puisque, comme son nom l’indique, il passerait à la machine ou dans le bac de lavage à la main. « Pas si écolo que ça finalement, hein ? ».

C’est une remarque très répandue dès qu’on parle de passer à l’essuie-tout lavable. Et même s’il n’a jamais été question de faire des lessives dédiées au réutilisable à bord, ça nous a mis le doute et on a voulu en avoir le cœur net. Au cours de nos recherches sur la toile, nous sommes tombés sur un article comparant la consommation d’eau et l’emprunte carbone du jetable et du lavable du cycle de vie entier du produit en s’appuyant sur différentes études et hypothèses de consommation. En bref, il apparaît très clairement dans cet article que le lavable a un impact environnemental bien moindre par rapport au jetable, et ce même si la culture du coton est gourmande en eau. Mais si vous voulez creuser la question plus en détail, ou si vous aussi vous êtes sceptique quant à l’aspect écologique du lavable, je vous conseille de prendre quelques minutes pour le lire entièrement.

Quel tissu utiliser pour faire de l'essuie-tout lavable

Avoir une démarche écologique et responsable passe également par le choix du tissu utilisé dans la confection de l’essuie-tout lavable. Du coup, avant de me lancer dans différents projets couture, j’ai passé beaucoup de temps à me documenter sur les tissus. Pour l’essuie-tout lavable, mes critères étaient les suivants :

Idéalement, nous souhaitions également nous tourner vers des tissus issus de l’agriculture biologique et certifiés GOTS, garantissant une chaîne de production des tissus responsable, éthique et sans pesticide. Nous avons cependant du faire l’impasse sur ce critère au fil de nos recherches car trouver tous ces critères dans un seul tissu rendait la recherche assez laborieuse… et très couteuse. Nous nous sommes donc contenter de tissus certifiés OEKO TEX Standard 100, garantissant l’absence de substances nocives pour la santé dans le produit fini.

En tenant compte de ces différents critères, j’ai opté pour une combinaison de deux tissus pour faire de l’essuie-tout lavable : un tissu ultra absorbant en nid d’abeille pour la fonction de base de l’essuie-tout et un tissu mignon mais utile pour la finition.

Tissu ultra absorbant

Tissu éponge nid d'abeille
100% coton - 280 g/m2
40° en machine

Fibres naturelles
Absorbant
Fin
Résistant
Certifié OEKO TEX

Tissu mignon mais utile

Tissu cretonne 114 g/m2
100% coton certifié OEKO TEX
40° en machine

Fibres naturelles
Absorbant
Fin
Résistant
Certifié OEKO TEX

La plupart des articles ou vidéos tuto que j’ai parcourus ainsi qu’une bonne partie des particuliers, proposant leur talent de couturier pour confectionner de l’essuie-tout lavable contre rémunération, suggèrent d’utiliser un tissu microfibre pour le côté absorbant. S’il a l’avantage d’être extrêmement léger et de sécher rapidement, rappelons néanmoins que le tissu microfibre est 100% synthétique. Il rejette donc des microparticules de plastique à chaque lavage et est très polluant. Pour nous, passer à l’essuie-tout lavable entre clairement dans une démarche écologique, et nous ne voulions pas céder à la facilité apparente de ce tissu. Chaque petit geste compte après tout.

Mais pourquoi utiliser deux tissus différents ?

Le Sopalin jetable que vous utilisez peut-être aujourd’hui n’a pas deux faces et textures différentes. C’est donc tout à fait légitime de se poser la question de l’utilité de deux tissus différents pour l’essuie-tout lavable. Après tout, est-ce qu’un simple morceau de tissu absorbant type nid d’abeille ne suffirait pas ? Dans la majorité des cas, bien sûr que si. Il vous suffirait de découper et de coudre ce tissu à la taille souhaitée avec une simple bordure pour éviter que le tissu ne s’effiloche.

Dans notre cas, nous avons décidé d’opter pour un tissu double surtout du fait de l’humidité ambiante à bord de Kerguelen. La moindre gouttelette d’eau présente sur une quelconque surface met un certain temps à sécher. Nous utiliserons donc la deuxième face de notre essuie-tout afin de nous assurer que la surface essuyée sera la plus sèche possible une fois l’opération terminée.

Ne s’agissant pas de l’unique projet couture de l’hiver, nous avons également décidé d’utiliser une partie de nos tissus pour égayer l’essuie-tout lavable qui sera visible dans notre coin cuisine parce que, avouons-le, ça ne gâche rien que ce soit plus joli qu’un rouleau en papier.

Où trouver le matériel nécessaire pour faire de l'essuie-tout lavable en tissu

Si vous avez un stock de tissus, de serviettes éponge ou de draps que vous n’utilisez plus, les transformer en essuie-tout lavable leur donnera une seconde vie. Naturellement, si comme nous vous n’avez aucun tissu en stock, vous trouverez de quoi vous lancer chez Emmaüs, dans la petite mercerie du village, en ligne ou chez des enseignes du type Mondial Tissus. Nous avons d’ailleurs opté pour cette dernière option pour une bonne partie des tissus cousus cet hiver.

La quantité de tissu nécessaire pour ce projet couture dépendra évidemment de la taille que vous souhaitez obtenir pour chaque feuille d’essuie-tout lavable. Voici ce dont vous aurez besoin si, comme moi, vous allez coudre 16 feuilles de 23 cm par 21 cm de côté.

Matériel nécessaire pour 16 morceaux d'essuie-tout lavable de 23 x 21 cm

  • 75 x 150 cm de tissu cretonne 100% coton certifié Oeko-tex (114 g/m2)
  • 75 x 150 cm de tissu éponge nid d’abeille 100% coton (280 g/m2)
  • Paire de ciseaux bien aiguisés pour le tissu
  • Aiguille à coudre
  • Règle
  • Craie
  • Epingles
  • Fils assortis ou contrastés
  • Machine à coudre
  • Paire de ciseaux à broderie (optionnel)
  • Découseur (optionnel)
  • 210 cm de corde de 3 mm en coton (optionnel)

Préparer le tissu avant de faire de l'essuie-tout lavable

Si vous n’en êtes pas à votre premier coup d’essai en couture, vous savez qu’un tissu neuf non-préparé peut transformer un projet de couture a priori réussi en une catastrophe. Couleur qui dégorge, tissu qui rétrécit, … De quoi vous faire regretter d’avoir sauté l’étape de la préparation du tissu avant de vous lancer dans la couture de l’essuie-tout lavable. Mais ne vous inquiétez pas, ça n’a vraiment rien de sorcier.

Etape 1 - Fixer la couleur du tissu

La première chose à faire après avoir reçu votre tissu neuf, c’est d’en fixer la couleur au maximum. Pourquoi ? Et bien ça vous évitera que celle-ci ne déteigne sur d’autres tissus lors de votre utilisation et vos passages en machine classiques, mais cela vous permettra également de vous assurer du rendu final de votre projet couture.

Fixer la couleur d’un tissu neuf prend un peu de temps mais il n’y a rien de plus simple :

  1. Versez de l’eau froide dans une bassine ou dans une baignoire
  2. Ajoutez du vinaigre blanc et du gros sel (l’équivalent d’une tasse de chaque pour 10 litres d’eau)
  3. Faites tremper le tissu neuf dans cette eau pendant une ou deux heures
  4. Rincez à l’eau froide
  5. Faites à nouveau tremper le tissu neuf dans l’eau froide uniquement pendant une heure

Reproduisez ces étapes tant que votre eau de l’étape 5 se colore de teinture.

Etape 2 - Passer le tissu à la machine et le repasser une fois sec

Après avoir fixé la couleur de votre tissu neuf, il est important de le laver et de le repasser aux programmes préconisés avant de débuter votre projet couture. Le tissu peut en effet rétrécir et, si vous le cousez avant, il y a fort à parier que le rendu final de votre essuie-tout lavable ne sera pas celui que vous aviez cousu…

Choisir le format de l'essuie-tout lavable

Dernière étape avant de vous attaquer à la couture à proprement parler : il faut que vous choisissiez le format de votre essuie-tout lavable.

Est-ce que vous souhaitez vous approcher au maximum du format du Sopalin jetable de par la taille de chaque feuille et le stockage en rouleau ? Pour ça, il vous faudra un système de pression à disposer sur chaque feuille d’essuie-tout lavable au moment de la finition afin de les attacher entre elles et de les enrouler l’une sur l’autre. Prévoyez minimum 2 systèmes de pression par feuille et veillez à les disposer sur chacune d’elles au même endroit pour pouvoir les enrouler facilement. 

Est-ce que vous préférez prévoir un système d’accroche grâce à un morceau de ficelle ou de cordelette ? Il faudra intégrer la ficelle à votre essuie-tout lavable dès l’étape n°2 du tuto ci-dessous et veiller à ce qu’elle soit toujours positionnée au même endroit.

Est-ce que vous prévoyez de confectionner un panier en tissu dans lequel disposer votre essuie-tout lavable plutôt que d’intégrer un système d’accroche à chaque feuille ? Pourquoi pas ! Nous avons d’ailleurs opté pour une combinaison « ficelle + panier » dans notre cas, et ce car nous craignions d’être gênés par les pressions en plastique lors de l’utilisation de l’essuie-tout lavable, mais nous souhaitions néanmoins avoir un endroit de stockage dédié à bord. Un tuto sortira d’ailleurs prochainement afin de confectionner un panier en tissu avec un super outil pour adapter le patron à la taille souhaitée du panier.

Tutoriel - Comment faire de l'essuie-tout lavable en tissu soi-même

On ne va pas se mentir : coudre à la machine va très vite. Le plus laborieux et chronophage est en réalité la phase de préparation afin d’obtenir un produit final dont vous serez content(e). Je vous explique tout en détail pour chaque étape de réalisation de l’essuie-tout lavable.

Si vous voulez être rassuré(e) sur ce tuto, ou si vous voulez vous assurer que la taille sélectionnée vous convient, découpez uniquement de quoi faire une feuille d’essuie-tout lavable et réalisez chacune des étapes suivantes avant de passer à une réalisation en gros, étape par étape.

Si vous n’en êtes pas à votre coup d’essai, je vous conseille d’effectuer chacune des étapes ci-dessous une à une pour toutes les feuilles d’essuie-tout que vous souhaitez obtenir. C’est-à-dire d’abord faire les tracés et découper tous les morceaux nécessaires, ensuite passer à l’étape 2 pour tous les morceaux de tissu découpés, puis l’étape 3 pour tous les morceaux, … Et ainsi de suite. Cela vous permettra d’avoir des gestes automatiques, plus rapides et plus sûrs.

Etape 1 - Prendre les mesures, tracer les découpes et découper le tissu

Après avoir décidé du système d’accroche dont vous équiperez (ou pas) votre essuie-tout lavable, il est temps de choisir la taille de chaque feuille. Comme précédemment, il n’y a pas de bonne et de mauvaise réponse. Tout est possible, le tout étant d’adapter la taille de votre essuie-tout lavable à l’usage que vous en aurez.

Pour ma part, j’ai décidé de partir sur une taille finale à peine plus petite que l’essuie-tout jetable que j’utilisais jusqu’alors. J’ai donc décidé de découper des rectangles de 25 cm sur 23 cm dans mes différents tissus. Avant de procéder à vos découpes, n’oubliez pas de prendre en compte une marge d’environ 1 cm sur chaque côté pour réaliser les coutures. Dans mon cas, cela signifie que mon essuie-tout lavable fini mesurera 23 cm sur 21 cm.

Pour réaliser vos tracés, je vous conseille de vous équiper d’une règle de minimum 30 cm sur 15 cm. Cela vous permettra d’obtenir des tracés d’angles droits et de parallèles très facilement. Marquez le tissu grâce à une simple craie, un crayon ou un feutre textiles effaçables à l’eau.

La découpe est probablement l’étape que je redoute le plus (aucune retour en arrière possible), mais qui ne nécessite rien si ce n’est une paire de ciseaux bien aiguisés et un peu de patience.

Etape 2 - Bâtir la couture intérieure de l'essuie-tout

Si vous n’avez jamais cousu avant ce tuto, c’est le moment d’apprendre un mot. Bâtir (ou faufiler) signifie coudre ensemble deux pièces de tissu à la main. Il s’agit d’une couture temporaire dont l’objectif est de permettre une couture finale à la machine sans qu’aucun des tissus ne bouge. Les puristes vous diront que cette étape est nécessaire pour tout projet de couture mais, dans la pratique, elle est surtout utilisée pour les ouvrages complexes ou lorsque les tissus à assembler ne se comportent pas de la même manière.

Et c’est justement notre cas ici. Le tissu en nid d’abeille est élastique. Sans point de bâti, il aura tendance à gondoler, s’étirer ou s’accumuler à un même endroit. Le tissu cretonne n’est quant à lui pas du tout élastique. Les assembler pour assurer un passage à la machine à coudre simple et propre me paraît essentiel.

Conseil pratique

Prenez du fil qui contraste fortement avec votre tissu et avec le fil que vous utiliserez sur votre machine à coudre pour les finitions. Cela vous permettra de le distinguer facilement des fibres du tissu et de la couture finale, et donc de retirer le point de bâti très facilement (voir l'étape suivante).

Positionnez les deux morceaux de tissu endroit sur endroit, c’est-à-dire les faces extérieures de chaque tissu l’une contre l’autre (ça paraît bizarre, mais les faces extérieures doivent bien être l’une contre l’autre). Positionnez des épingles le long des quatre bords des tissus afin qu’ils restent en position malgré vos manipulations.

Enfilez une aiguille et faites un noeud à l’extrémité de votre fil et préparez-vous à faire une couture temporaire en points de bâti. Rassurez-vous, c’est très simple : il s’agit de réaliser des points de 0,5 cm de long environ en piquant vos tissus par dessus puis par dessous le long du bord du tissu. Mais vous avez néanmoins deux options. Soit vous souhaitez coudre temporairement à moins d’un centimètre du bord du tissu en faisant tout le tour du tissu. Soit vous décidez de réaliser une couture temporaire en points de bâti sur les 4 angles uniquement puis de positionner une épingle au milieu de chaque bord afin de maintenir le tissu en nid d’abeille en place. Dans les deux cas, à la fin de votre couture temporaire, faites un point de bâti en piquant votre aiguille en arrière afin de sécuriser votre fil.

J’ai pour ma part opté de coudre uniquement les angles. Vous l’aurez cependant compris : vu la différence importante d’élasticité entre le tissu nid d’abeille et le tissu cretonne, je ne vous conseille pas de « gagner du temps » en remplaçant le point de bâti par des épingles ou des pinces placées le long de chaque bord de votre essuie-tout lavable pour maintenir le tissu en place.

Pour de l'essuie-tout lavable avec une cordelette

Si vous avez décidé de faire de l’essuie-tout lavable avec une cordelette comme système d’accroche, il faut l’intégrer dès cette étape.

Découpez des morceaux réguliers de 13 cm de long dans un fil de coton de 3 mm d’épaisseur. Pour le positionner correctement dans le bâtissage de votre essuie-tout lavable, pliez un morceau de cordelette en deux, placez-le à chaque fois dans le même coin de votre ouvrage, boucle entre les deux tissus endroit sur endroit, et avec environ 1,5 cm de cordelette dépassant du bord. Fixez le tout avec une épingle avant de l’intégrer dans les points de bâti d’une manière solide grâce à plusieurs points sur la cordelette.

Attention, retourner le tissu en étape 4 donnera comme un effet miroir à la position de l’oeillet.

Si vous avez un tissu à motifs, veillez à ce que vos motifs soient à l’endroit une fois l’essuie-tout lavable suspendu par la cordelette. C’est toujours plus sympa que les cygnes aient la tête en haut par exemple.

Etape 3 - Réaliser la couture intérieure à la machine à coudre

Conseil pratique

Si vous n'avez jamais cousu à la machine, je vous conseille de faire un tour sur un tuto vidéo avant toute chose (par exemple avec Couture Débutant). Cela vous permettra de comprendre le fonctionnement de votre machine à coudre, de visualiser l'emplacement des différents réglages auxquels je fais référence dans cette section, et d'apprendre le vocabulaire propre à la machine.

Cela vous aidera aussi à remplir une canette et à enfiler une machine à coudre pour la première fois.

Une fois les tissus pré-assemblés, il est temps de passer à la première session de couture à la machine. S’agissant d’une couture intérieure, le choix de la couleur du fil n’est pas primordial. Je vous conseille cependant de rester dans des tons similaires à ceux que vous utiliserez pour les coutures apparentes. Vous pouvez évidemment utiliser deux fils de couleurs différentes en enfilant une bobine différente de celle ayant permis de remplir votre canette. Personnellement, j’ai opté pour les mêmes couleurs que pour mes coutures extérieures : blanc sur le tissu de cretonne clair et ton sur ton du côté du tissu nid d’abeille.

Si vous n’êtes pas sûr(e) de vos associations de couleur, de votre point, ou même de la maniabilité de votre machine, faites quelques essais sur une chute de tissu avant d’attaquer la confection de votre essuie-tout lavable.

Réglages
de la machine à coudre

point droit

Type de POINT

20
Longueur du point
20
Tension du fil

Point essentiel avant de débuter la couture : il faut impérativement garder une ouverture de 7 à 10 centimètres sur l’un des bords de votre essuie-tout lavable. Cette ouverture nous permettra de retourner le tissu lors de la prochaine étape. Je vous conseille donc de commencer votre couture par le bord où l’ouverture se trouvera.

Placez votre tissu de sorte à ce que votre aiguille soit à quelques centimètres du bord inférieur du tissu pour que vous ayez la place pour votre ouverture ainsi que pour terminer l’angle du dernier bord. Dans mon cas, j’ai décidé de placer l’ouverture au milieu d’un des deux côtés le plus petits de mon tissu et de piquer mon aiguille à environ 6 centimètres du bord inférieur et à un bon centimètre du bord droit du tissu. Notez que je ne place pas l’ouverture du tissu sur un coin car ce serait beaucoup plus complexe à refermer proprement ensuite.

Commencez par un point d’arrêt, c’est-à-dire un aller-retour avant/arrière pour que votre couture ne se fasse pas la malle au fil du temps. Cousez ensuite une ligne droite jusqu’à l’angle, toujours à un centimètre du bord. Attention, le tissu nid d’abeille est très élastique. Veillez donc à le maintenir en place au fur et à mesure afin de ne pas vous retrouver avec un centimètre de tissu accumulé à la fin de votre bord. Une fois l’angle atteint, gardez votre aiguille piquée dans le tissu, relevez votre pied de biche, tournez votre tissu à 90°, abaissez votre pied de biche, et reprenez la couture en ligne droite à un centimètre du bord suivant jusqu’au prochain angle, et ainsi de suite.

Conseil pratique

Si vous effectuez une couture plus étroite, c'est-à-dire à 5 ou 7 millimètres et non pas à 1 centimètre du bord du tissu, veillez à ce que votre couture sur le bord où vous laisserez une ouverture de 7 à 10 cm soit positionnée au minimum à un centimètre du bord afin de faciliter la fermeture de l'essuie-tout lavable à l'étape finale.

Une fois le dernier angle atteint, vérifiez que l’aiguille pique à la même distance du bord que le point d’arrêt du début de votre couture à la machine. Le tissu nid d’abeille permet de vérifier ça très facilement grâce à son apparence gaufrée. Une fois que vous êtes sûr(e) que le tout est bien aligné, faites une dernière couture droite de quelques centimètres. N’oubliez pas de laisser une ouverture de 7 à 10 centimètres sur ce bord. Terminez par un point d’arrêt, relevez votre pied de biche sans que l’aiguille ne pique le tissu, retirez le tissu de la machine, et découpez les fils afin de le libérer entièrement.

Etape 4 - Retourner le tissu et sortir les angles

Munissez-vous d’un découseur (ou Decouvit) si vous en avez un ou d’une simple épingle. Retirez les fils en point de bâti que vous avez cousu lors de l’étape 2. En principe, vous avez fait votre couture définitive à côté de vos points de bâti. Cependant, si l’aiguille de la machine à coudre a piqué au milieu du fil de bâti, il sera peut-être nécessaire de tirer dessus d’une manière plus insistante voire de couper le fil à ras s’il est impossible de le retirer sans endommager la couture définitive.

Coupez également à ras les fils de vos points d’arrêt à la machine en veillant à ce qu’il n’y ait pas d’excédent de fil à serrer préalablement.

Une fois le tissu ne présentant que la couture à la machine, dégarnissez les angles de votre essuie-tout lavable. Pour cela, il faut retirer l’excédent de tissu dans les angles en le découpant d’abord en diagonale au plus proche du point de couture (sans couper la couture évidemment, sinon il vous faudra recommencer l’étape 3), puis en découpant les côtés de l’angle à ras (voir schéma ci-dessous). De la sorte, vous retirez les épaisseurs qui se seraient accumuler dans les angles et vous obtiendrez de jolis angles une fois votre ouvrage retourné.

Passez ensuite votre main dans l’ouverture que vous avez laissée sur l’un des bords et retournez le tissu en le passant par cette même ouverture. Sortez correctement les angles par l’intérieur et à l’aide du bout rond d’une aiguille à tricoter ou par l’extérieur et grâce à une simple épingle piquée dans une face du tissu et servant de levier.

Votre essuie-tout lavable prend doucement forme et il est bientôt temps de rayer le Sopalin jetable de votre liste de courses !

Etape 5 - Repasser l'ouvrage

Une fois votre ouvrage retourné, repassez-le. L’objectif ici est double : marquer le tissu au niveau de l’ouverture afin d’en faciliter la fermeture et aplatir le tissu aussi bien au niveau des angles que le long des bords pour une couture finale propre et simple. A nouveau, n’oubliez pas que le tissu nid d’abeille est élastique et que son repassage peut l’étendre un peu.

Etape 6 - Faire la finition à la machine à coudre

C’est maintenant l’heure des finitions ! Et pour cela, vous avez plusieurs options

  • Soit vous souhaitez fermer l’ouverture présente sur l’un des bords à la main grâce à une couture invisible. Je vous conseille alors de suivre les tutos que vous trouverez en vidéo qui sont bien plus parlant qu’un long discours.
  • Soit vous ne souhaitez coudre que le long du bord où l’ouverture se trouve. Je vous recommande alors d’effectuer la couture la plus discrète possible, avec des fils qui se fondent dans les tissus utilisés, et au plus près du bord.
  • Soit vous souhaitez refermer cette ouverture grâce à une couture à la machine du tour de l’ouvrage. C’est l’option que j’ai choisie.

Conseil pratique

Si vous avez effectué une couture étroite, c'est-à-dire à 5 ou 7 millimètres du bord du tissu, et ce même sur le bord où l'ouverture est présente, il peut s'avérer nécessaire de refermer grossièrement l'ouverture en question grâce à un point de bâti avant de vous attaquer à la couture à la machine. L'objectif est évidemment de maintenir le tissu en place pour une finition propre.

Point essentiel avant de débuter la couture : il faut impérativement que cette couture soit plus étroite que la couture intérieure du bord où se trouve l’ouverture puisque l’objectif est de la refermer. Je vous conseille donc de commencer votre couture par ce bord afin de vous en assurer.

Commencez par l’angle en plaçant votre tissu de sorte à piquer votre aiguille à environ 5 millimètres du bord supérieur et du bord droit.

Réglages
de la machine à coudre

point droit

Type de POINT

20
Longueur du point
20
Tension du fil

Comme précédemment, commencez par un point d’arrêt puis cousez une ligne droite jusqu’à l’angle, toujours à 5 millimètres du bord. Maintenez le tissu nid d’abeille en place au fur et à mesure de la couture afin d’obtenir un rendu net malgré l’élasticité du tissu. Une fois l’angle atteint, appliquez la même technique que précédemment, et ce jusqu’à avoir effectué un tour complet de votre essuie tout lavable.

Terminez par un point d’arrêt, relevez votre pied de biche sans que l’aiguille ne pique le tissu, retirez le tissu de la machine, et découpez les fils afin de le libérer entièrement. Coupez enfin à ras les fils de vos points d’arrêt à la machine.

Et voilà, vous venez de coudre de l’essuie-tout lavable en tissu ! Vous pouvez maintenant mettre le Sopalin jetable derrière vous et admirer votre travail.

Où acheter des morceaux d'essuie-tout lavable en tissu

Ce tuto ne vous a pas convaincu(e) ou vous n’avez tout simplement pas le temps de vous lancer dans un projet couture ? Pas d’inquiétude. Vous avez quand même l’occasion de mettre le Sopalin en papier à utilisation unique définitivement derrière vous en achetant des morceaux d’essuie-tout en tissu déjà cousus. Nous aimons particulièrement la jeune marque lilloise ManaMani qui crée des produits de qualité et minimalistes pour une transition en douceur vers le zéro déchet. Leur kit essuie-tout, fabriqué en France et fait à partir de tissu en éponge de bambou certifié OEKO TEX et de toile de jute 100% française, est définitivement celui vers lequel nous nous serions tournés si nous ne l’avions pas fabriqué nous-même.

Le bon plan

Si vous aussi vous êtes séduit(e) par les engagements et les produits de ManaMani, sautez le pas en profitant de 5% de réduction en renseignant le code SAILINGZD lors de la finalisation de votre commande !

Cet article contient des liens affiliés. Si vous achetez un produit en suivant ces liens, vous paierez le même prix mais nous toucherons une petite commission. Cela nous permet de continuer à faire vivre notre blog. Vous nous soutenez donc sans coût supplémentaire.

Si vous êtes présents sur Pinterest, n’hésitez pas à vous abonner à notre compte Sailing Kerguelen et à épingler cet article :

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email

Et dites-le-nous :

[Total : 3   Moyenne : 5/5]

Et voici une sélection d’articles qui pourraient vous plaire:

3 réflexions au sujet de « Tuto DIY – Faire de l’essuie-tout lavable soi-même, ou comment dire adieu au Sopalin »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A propos

Nous sommes Gaëlle et Jérémy, un couple de trentenaires et nous avons tout quitté pour vivre à temps plein sur notre voilier Kerguelen.

Pour nous contacter, envoyez-nous un message à :

Show Buttons
Hide Buttons

Vous voulez suivre nos aventures en direct sur Facebook ?

C'est par ici