fbpx
Sailing Kerguelen

Un week-end à Haarlem, la petite sœur d’Amsterdam

Un week-end à Haarlem, la petite sœur d’Amsterdam

Parcourir les canaux des Pays-Bas permet de faire escale dans des endroits plus ou moins méconnus mais aussi de s’arrêter dans des incontournables du pays. Passer un week-end à Haarlem fait définitivement partie de cette seconde catégorie. Je vous rassure tout de suite, il n’y a aucune faute d’orthographe et nous ne nous sommes pas trompés de continent. Haarlem s’écrit bien avec deux ‘a’ et se situe à une vingtaine de kilomètres à peine d’Amsterdam. Et ce qui est certain, c’est qu’il serait dommage de passer à côté de cette perle.

Alors, que faire et que voir le temps d’un week-end à Haarlem?

  • Découvrir les très nombreux hofjes de la ville, ces magnifiques cours intérieures
  • Parcourir le centre historique et plonger dans le Haarlem bourgeois
  • Se perdre dans la librairie la plus charmante qui soit
  • Prendre un verre dans une église
  • Plonger dans l’histoire de la résistance harlémoise durant la Seconde Guerre Mondiale
  • Déambuler dans le sanctuaire du savoir
  • Du shopping évidemment

Vous êtes probablement plus familiarisé avec Harlem en tant que quartier new-yorkais. Et bien sachez que l’histoire des deux est étroitement liée. Au 17ème siècle, en plein siècle d’or des Pays-Bas, des habitants de différentes villes ont pris le large afin de s’établir sur de nouvelles terres. Parmi elles, l’île de Manhattan. New York a donc été une colonie néerlandaise, comme toute la région environnante d’ailleurs, et s’appelait alors Nieuw Amsterdam (= Nouvelle Amsterdam). Juste à côté se trouvait Nieuw Haarlem (= Nouvelle Haarlem). Lorsque la région est devenue une colonie anglaise, les noms ont évidemment changé pour devenir New York et Harlem. Et bien que le quartier d’Harlem ne soit pas le plus riche de Manhattan, la ville néerlandaise qui lui a donné son nom est, quant à elle, l’une des plus bourgeoises de la région.

Votre curiosité monte ? Ça tombe bien, nous partageons avec vous pourquoi un week-end à Haarlem est une bonne idée !

Les hofjes, ces oasis de verdure en pleine ville

C’est assez inhabituel de ne pas commencer un guide par un descriptif de l’architecture et de l’ambiance d’une ville. Et pourtant, c’est exactement ce que j’ai envie de faire aujourd’hui. Alors bien sûr, Haarlem est une ville charmante et nous reviendrons sur l’atmosphère si particulière qui s’en dégage. Mais quand je repense à notre séjour, je nous revoie surtout partir à la découverte d’une multitude de hofjes répartie dans toute la ville.

Comme détaillé dans notre guide pour visiter Alkmaar, les hofjes sont des lieux de vie fondés par des personnes aisées ou une communauté religieuse et généralement destinés aux femmes âgées dans le besoin. La disposition classique de ces habitations est en carré ou rectangle, ce qui laisse la place à une cour intérieure ou un jardin au centre. Et même si les maisons sont toutes habitées, ces coins de verdure sont accessibles au public à des horaires précis.

Un hofje à Haarlem

En passant d’un hofje à l’autre, nous nous sommes intéressés un peu plus à leur histoire et leur raison d’être, et nous avons rapidement compris que l’origine des hofjes est très différente selon l’époque à laquelle il a été fondé et l’identité de son fondateur. Même si leur but commun est d’accueillir des veuves ou vieilles filles dans le besoin, il existe en réalité trois types de hofjes.

Le premier, s’apparentant aux béguinages, a été fondé dès le 12ème siècle par des communautés religieuses qui estimaient qu’il était de leur devoir de loger les femmes dans le besoin. Le second émerge dès le 17ème siècle lorsque des personnes fortunées et généralement sans enfant décident d’établir un hofje à leur nom afin que celui-ci se perpétue malgré l’absence de descendance et ne perde pas de sa superbe à leur décès. Ces hofjes étaient gérés par une société créée spécialement à cet effet, en faisant un genre nouveau. Le troisième type de hofjes a été créé par les regroupements professionnels ou guildes, tel que la guilde des brasseurs (brouwersgilde) par exemple qui estimait devoir soutenir les femmes démunies après leurs années de service au sein des brasseries.

Nous avons visité une quinzaine de hofjes au cours du week-end passé à Haarlem, poussant ici et là des portes parfois récalcitrantes, nous aventurant dans des ruelles qui semblent sans issue, et ayant très souvent l’impression d’être à la recherche d’un trésor. Et en effet, certaines cours sont de véritables joyaux. Parmi nos préférés se trouvent par exemple le hofje van Bakenes, établi en 1395 et aujourd’hui le plus ancien des Pays-Bas, le Proveniershof, car c’est l’un des rares hofjes qui n’étaient pas destinés aux nécessiteux et où les habitants payaient un loyer, et les quatre maisons du Bruiningshofje niché au fond d’une ruelle et établi par un homme fortuné ayant lui-même 7 enfants.

Si vous souhaitez vous aussi flâner d’un hofje à l’autre, vous trouverez sur la carte ci-dessous toutes les adresses que nous avons visitées. Notez cependant que les hofjes sont tous habités à l’heure actuelle et ne sont ouverts au public qu’à des heures précises afin de respecter la tranquillité de ses habitants. Vous retrouverez les horaires de visite sur la porte d’entrée de chaque hofje.

Haarlem, ville bourgeoise

Mais Haarlem ne se limite pas à des hofjes plus charmants les uns que les autres. L’architecture et l’atmosphère de la ville valent elles aussi le détour. Située à moins de 30 kilomètres d’Amsterdam, Haarlem pourrait être considérée comme la banlieue chic de la capitale. On y retrouve en effet une ambiance feutrée qui invite à la sérénité. Avec ses résidences bourgeoises des 17ème et 18ème siècles qui côtoient des constructions de style renaissance et gothique, la place principale de la ville, de Grote Markt, en est d’ailleurs l’exemple parfait. En s’aventurant dans les rues et ruelles aux alentours, on remarque immédiatement que les boutiques et les antiquaires dégagent une atmosphère raffinée et légèrement hors du temps qui donnerait des envies de lèche-vitrine à plus d’un.

Haarlem s’est développée autour d’activités telles que l’industrie drapière avec le lin et la soie, la culture de bulbes comme la tulipe ou la jacinthe, le brassage de bières dans l’une des innombrables brasseries de la ville, ainsi que l’imprimerie et l’édition. L’art et les sciences semblent également faire partie intégrante de l’identité de la ville comme en témoignent notamment le Musée Teyler et le Frans Hal Museum. Nous n’avons visité ni l’un ni l’autre mais s’il y a un lieu lié à la culture que nous considérons comme un incontournable lors d’un week-end à Haarlem, c’est De Boekhandel H. de Vries. Il s’agit d’une librairie ayant ouvert ses portes il y a plus d’un siècle et qui a grandi au fil des années. Initialement, elle n’occupait que la petite boutique au coin d’une rue avant de s’étendre dans les demeures voisines. Chaque maison faisant partie de cette librairie a conservé une identité et une architecture qui lui est propre, en faisant une boutique de charme à laquelle même les personnes qui ne lisent pas ne pourront pas résister.

Une librairie magnifique à Haarlem

Rien ne vaut évidemment de s’aventurer dans les rues et ruelles de la ville sans but précis pour découvrir les richesses de Haarlem. Chaque coin de rue révèle un bout d’histoire ou une pépite architecturale, donc gardez les yeux grands ouverts. Si vous souhaitez néanmoins cadrer ou organiser un peu votre visite, plusieurs options s’offrent à vous : 

Découvrir Haarlem à vélo en une demie-journée

Si vous souhaitez vous immerger pleinement dans la culture locale, utilisez le moyen de transport le plus répandu pour explorer Haarlem : le vélo ! Pendant 2h, votre guide vous emmènera dans les lieux emblématiques de la ville et partagera avec vous anecdotes et informations historiques.

Cette visite, disponible uniquement en anglais, se termine par une collation typiquement locale. Vous pouvez réserver vos billets pour cette découverte à vélo ici.

Une chasse au trésor pour une visite insolite

Si vous recherchez une manière insolite de découvrir Haarlem, nous avons ce qu’il vous faut ! Sous la forme d’une chasse au trésor et d’un jeu d’énigme grandeur nature, vous parcourez la ville et découvrez ses lieux incontournables, ainsi que l’histoire locale et des recommandations insolites.

Une activité idéale pour découvrir Haarlem en famille et amuser les grands comme les petits pendant 1h30, pour laquelle vous pouvez réserver vos billets ici.

Passer une journée à découvrir Haarlem à votre rythme

En vous rendant à l’office du tourisme, vous trouverez plusieurs brochures proposant des balades par thème (en néerlandais, anglais, et allemand). Chaque brochure coûte 0,50€ et décrit, étape par étape, les points d’intérêt d’une balade d’environ 1h30. Nous avons décidé de combiner trois des balades proposéesHidden Green Oases qui parcourt les hofjes tels que décrits dans la partie précédente, From Bavo to Bavo qui détaille différents lieux de culte, de culture et de tradition entre l’église et la cathédrale dédiées au même saint (St Bavon), et Monumental Haarlem qui fait le tour des bâtiments principaux de la ville. Nous avons trouvé ces parcours très bien faits et les explications fournies suffisantes pour apprécier et comprendre l’histoire de la ville et du bâtiment en question.

Eglise Bavo à Haarlem

A ne pas manquer

Peu importe l’approche que vous adoptez pour découvrir Haarlem le temps d’un week-end, qu’elle soit déstructurée ou organisée, il y a un certain nombre d’endroits à ne manquer sous aucun prétexte.

  • Nos hofjes préférés : le hofje van Bakenes, le Proveniershof, et le Bruiningshofje
  • La Grote Kerk également appelée St Bavokerk
  • Le quartier de Vijfhoek (= pentagone), très tendance aujourd'hui mais un quartier à éviter jusque dans les années 70
  • La Kathedrale Basiliek St Bavo ou Nieuwe Bavo, la seconde plus grande cathédrale des Pays-Bas
  • La Jopenkerk et sa bière brassée sur place
  • La Boekhandel H. de Vries, une librairie atypique de plus de 100 ans
  • Le musée Teylers, sorte de musée d'histoire naturelle et de sanctuaire du savoir

Jopen, une brasserie établie dans une église

Au cours de nos voyages, nous goûtons toujours les bières locales et les comparons à nos bières belges favorites. Notre séjour sur les canaux des Pays-Bas ne fait évidemment pas exception. Et nous ne le savions pas, mais l’histoire d’Haarlem est étroitement liée au brassage de la bière. Comme en témoigne le Brouwershofje établi en 1472 par la guilde des brasseurs, la ville a connu une forte concentration de brasserie dès le 14ème siècle. Au 15ème siècle, Haarlem rassemble plus de 100 brasseries au cœur de la ville, en faisant l’un des principaux centres de brassage des Pays-Bas.

Cet essor peut être attribué à la Spaarne, la rivière traversant la ville, et ce pour deux raisons. Premièrement, les brasseries utilisaient ses eaux très claires pour le brassage de la bière. Et, si vous aimez la bière, vous savez que l’eau utilisée dans le processus de fabrication impacte énormément le goût du produit final. Apparemment, la bière produite à Haarlem était même appréciée au point d’être commercialisée à l’étranger ! Deuxièmement, la présence d’un cours d’eau, d’une rivière ou d’un fleuve facilite toujours le transport de marchandises. A Haarlem, la Spaarne a évidemment joué un rôle majeur dans le transport des fûts de bières de 112 litres (appelés Jopen) des brasseries jusqu’aux commerçants et villes voisines.

A partir du 18ème siècle, la production de bière diminue drastiquement à cause notamment des taxes imposées aux brasseurs et à d’autres boissons telles que le café et le thé qui gagnent en popularité. L’activité est sur le déclin… Malheureusement, la dernière brasserie située à Haarlem a fermé ses portes au début du 20ème siècle. Mais alors, c’est quoi la Jopen ?

Haarlem a toujours été très fière de son patrimoine et de son savoir-faire. Au début des années 90, lors des préparatifs du 750ème anniversaire de la ville, l’idée de mettre en avant l’histoire brassicole est lancée. On retrouve même deux recettes de brassage datant de 1407 et 1501 dans les archives de la ville, et l’idée de raviver la production de bière harlémoise est rapidement lancée. Fin 1994, la marque Jopen (en référence aux fûts de 112 litres) lance la bière Hoppen et remporte un franc succès.

Entre 1995 et 2010, Jopen lancera plusieurs bières, inspirées de recettes historiques ou non, et utilisera les installations d’autres brasseries pour leur fabrication. Ce n’est que 15 ans après son premier succès que Jopen pose finalement ses valises à Haarlem dans l’ancienne Jacobskerk (= église de Jacob), rebaptisée la Jopenkerk (= l’église Jopen). Outre son activité de brassage, la Jopenkerk dispose d’un bar où déguster les bières de la marque ainsi que différents plats se mariant bien avec le houblon.

Même si nous avons trouvé les tarifs assez élevés et n’avons rien consommé, une visite du lieu est un must si vous passez un week-end à Haarlem. C’est en effet très singulier de se retrouver au milieu d’une église où des cuves de brassage sont installées et où le bar ne désemplit pas.

Musée Corrie ten Boom (entrée gratuite)

Si les Pays-Bas ont réussi à maintenir leur neutralité lors de la Première Guerre Mondiale, il n’en est pas de même en 1940 lorsque le territoire est envahi par l’Allemagne. A partir de 1942, Haarlem est une ville occupée par les Nazis. Très rapidement, un réseau de résistance se développe et plusieurs familles accueillent clandestinement des Juifs et d’autres hors-la-loi afin de leur éviter une déportation imminente. La famille ten Boom, propriétaire d’une horlogerie dans la rue commerçante de Haarlem, a ainsi permis de sauver des centaines de vies grâce à sa cache et à son réseau clandestin.

En février 1944, la famille ten Boom a malheureusement été dénoncée à la Gestapo. Seule Corrie ten Boom a survécu au camp de concentration de Ravensbrück et à la guerre. Elle s’est alors donné pour mission de transmettre son histoire et de s’investir dans des actions d’évangélisation dans le monde. Outre les conférences et interventions qu’elle a tenues à travers plus de 60 pays, elle a par ailleurs publié plusieurs livres chrétiens.

L’histoire de la famille ten Boom a fait l’objet d’un livre puis d’un film (The Hiding Place ; la cachette). L’objectif du musée situé dans leur maison à Haarlem est de partager cette histoire de résistance durant la guerre, mais également le contexte et les directions suivies avant et après la guerre.

Etant passionnés de tourisme de mémoire, nous ne pouvions pas passer à côté de ce musée lors de notre week-end à Haarlem. La visite offre une mise en contexte riche et intéressante, et il est évidemment toujours particulier d’être sur les lieux d’actions de résistance menées par des personnes « comme vous et moi » de prime abord. Mais je dois dire que j’ai eu un peu de mal avec le discours très (trop?) chrétien de notre guide. Cherchait-elle à retranscrire une image fidèle de la famille ten Boom ? Ou était-elle particulièrement animée par sa propre foi ? Aucune idée. Mais quoi qu’il en soit, ça m’a fait tiquer quelques fois durant la visite d’une heure.

Une virée shopping

Vous ne le savez probablement pas, mais nous ne sommes pas fan de shopping. Nous ne nous baladons jamais pour faire du lèche-vitrine et, si nous entrons dans un magasin, c’est a priori que nous avons besoin de quelque chose. Mais, lors de notre week-end à Haarlem, nous sommes tombés sous le charme des boutiques et antiquaires. On y retrouve évidemment les enseignes incontournables de tout centre-ville classique, mais également des boutiques insolites nichées dans des rues ou ruelles où le temps semble s’être arrêté.

Selon nous, les lieux incontournables où se balader lors de votre séjour à Haarlem sont ces rues plus mignonnes les unes que les autres.

Zijlstraat

Où le luxe côtoie les magasins de seconde main

Schagchelstraat

Où l'artisanat et la créativité sont les maîtres-mots

Kleine Houtstraat

Qui a gagné le titre de "Meilleure rue commerçante des Pays-Bas" deux fois déjà

Koningstraat

Dédiée à la décoration et au design intérieur
Bonus : Au n°20, vous trouverez un magasin de déco. Autrefois, il s'agissait d'une résidence bourgeoise qui a ensuite été transformée en une école catholique pour filles. La cour intérieure vaut le détour !

Warmoesstraat

Un mélange stylé de boutiques, restaurants et cafés dans cette rue vieille de plus de 700 ans.
Bonus : Outre les commerces, la rue recèle d'infos historiques sur les lieux, telles que l'ancienne présence d'un monastère Carmélite au n°18 ou encore un hofje hyper mignon et accessible au public à certaines heures au n°23.

Gierstraat

Où vous trouverez une cinquantaine de magasins en tout genre plus charmants les uns que les autres et une petite vingtaine de monuments classés.
Bonus : Au n°3, se situe la droguerie A.J. van der Pigge dont l'intérieur date de 1849 ! Il s'agit aujourd'hui du seul bâtiment ayant échappé à la démolition de plus de 20 constructions lors de l'installation du centre commercial Vroom & Dreesmann en 1923. Celui-ci a donc été construit autour de la droguerie.

Cette liste n’est pas exhaustive et nous vous invitons évidemment à flâner sans but précis dans le centre-ville historique afin de vous imprégner dans l’ambiance si particulière de ces rues et d’en découvrir d’autres.

Visiter Haarlem : Conseils pratiques

Combien de temps pour visiter Haarlem ?

Nous vous conseillons de passer une journée complète voire même un week-end à Haarlem afin d’en apprécier les différentes facettes. Pour info, nous avons fait toutes les activités de cette article, sauf le shopping et le musée Teylers, en une bonne journée de visite.

Comment se rendre à Haarlem ?

  • Au départ d’Amsterdam : Haarlem se situe à peine à une vingtaine de kilomètres, soit environ 30 minutes de route
  • Au départ de Bruxelles : comptez entre 2h et 2h30 pour parcourir les 230 km jusque Haarlem
  • Au départ de Lille : il vous faudra environ 3h30 pour atteindre Alkmaar après 300 km

Il n’est a priori pas simple de se garer à Haarlem. Il existe des parkings publics aux abords de la ville ou légèrement en périphérie à partir de des parkings en périphérie du centre-ville à partir de 12,5 € par jour. Les parkings du centre-ville sont évidemment plus chers (comptez en moyenne 25€ par jour). Retrouvez toutes les informations concernant les options de parking à Haarlem ici.

Notez que les autoroutes sont gratuites aux Pays-Bas.

Si vous venez d’en-dehors des Pays-Bas, peu importe votre gare de départ. Il vous faudra prendre dans un premier temps un billet de train jusque Amsterdam, puis un billet Amsterdam – Haarlem. Le trajet est direct, dure en moyenne 20 minutes et coûte 4,50€ si vous l’achetez en ligne (contre 5,50€ aux distributeurs automatiques en gare). Si vous venez d’une autre ville des Pays-Bas, un passage par Amsterdam est peut-être inutile, donc vérifiez le trajet le plus court au préalable..

La gare de Haarlem se situe à moins de dix minutes à pied au nord de la ville.

  • Au départ d’Amsterdam : vous devrez parcourir 24 km ainsi qu’emprunter 7 ponts et 1 écluse. Cela devrait vous prendre environ 4h30.
  • Au départ d’Alphen aan den Rijn : comptez 5h pour parcourir les 36 km et 15 ponts vers Haarlem.
  • Au départ de Gouda : environ 9h seront nécessaires afin de parcourir les 55 km et 28 ponts vers Haarlem.
Notez que cette partie des canaux est accessible aux bateaux ayant un tirant d’eau de maximum 2,5 mètres. Il n’y a cependant aucune contrainte de tirant d’air.
 
Retrouvez plus d’informations sur l’intégralité de notre parcours sur les canaux des Pays-Bas et nos conseils pour bien préparer votre voyage sur notre article dédié à la Standing Mast Route.

Où loger à Haarlem ?

Vous vous en doutez, nous avons dormi à bord de Kerguelen et n’avons donc pas eu l’occasion de tester un hôtel ou une chambre d’hôtes à Haarlem. Cependant, voici quelques endroits parmi lesquels nous aurions fait notre choix si nous n’étions pas venus avec notre maison :

Où amarrer son bateau à moteur ou voilier à Haarlem ?

Si vous venez jusque Haarlem à bord de votre bateau, sachez qu’un droit de passage d’une dizaine d’euros est demandé pour traverser la ville (et faire actionner les différents ponts du centre). Nous vous conseillons donc d’y passer au moins une nuit puisque, pour un bateau de 10 mètres de long, cela ne coûte que 15€ (droit de passage inclus).

Nous vous conseillons de vous amarrer entre les ponts 5 et 6 où il y a la meilleure vue sur la ville. Notez cependant qu’il n’y a aucune prise pour l’électricité côté centre-ville. Il y a de l’électricité sur les pontons sur l’autre rive, mais le nombre de places est limité.

Une bonne alternative est de vous amarrer entre les ponts 4 et 5 où la plupart des points d’amarrage disposent d’une borne électrique à proximité.

Où manger à Haarlem ?

En voyageant à bord de Kerguelen, nous cuisinons et prenons presque chaque repas « chez nous ». Il y a malgré tout plusieurs endroits qui nous ont fait de l’oeil.

  • La brasserie Jopen , située dans une église. Les prix ne sont pas vraiment donnés (à partir de 11€ pour les sandwichs, et 20/25€ pour les repas), mais le cadre est incroyable et la carte des bières (des Jopen évidemment) semble presque infinie !  (Muted Voldersgracht 2, 2011 WD Haarlem)
Si vous recherchez quelque chose de moins onéreux, un eetcafé est généralement une bonne alternative (équivalent local d’une brasserie, d’un estaminet, d’un bouchon, … vous voyez l’idée). Zijlstraat et Kleine Houtstraat regorgent d’adresses pour tous les goûts.

Où boire un verre à Haarlem ?

D’une manière générale, nous vous conseillons de vous installer dans un bruin café pour boire un verre. Un bruin café, c’est le petit bistrot ou pub du coin. L’ambiance y est souvent sans chichi et les murs y ont une couleur jaunâtre / brune patinée par les fumeurs qui ont occupé les lieux pendant des décennies avant l’interdiction de fumer dans les bars et restaurants en 2008.

L’incontournable bruin café de Haarlem, c’est le In den Uiver. En plus de son atmosphère typique, il renferme une collection impressionnante d’objets estampillés KLM, la compagnie aérienne locale (Riviervischmarkt 13 2011 HJ, Haarlem).

Comment comprendre les panneaux d'info ou les menus en néerlandais ?

Si vous ne parlez pas néerlandais, vous pourrez rapidement vous sentir perdu lors de votre week-end à Haarlem où les informations présentes concernant l’histoire, l’architecture et la vie de Haarlem ne sont affichées qu’en néerlandais. Comme nous vous en parlions dans notre article dédié à Alkmaar, nous vous conseillons d’utiliser Google Lens afin d’obtenir la traduction d’un texte.

Visiter Haarlem : Retour en images avec nos stories Instagram

Plongez-vous dans notre week-end à Haarlem

Nos publications Facebook sur notre visite de Haarlem

Plongez-vous dans notre week-end à Haarlem

Si vous êtes présents sur Pinterest, n’hésitez pas à vous abonner à notre compte Sailing Kerguelen et à épingler cet article :

   

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email

Et dites-le-nous :

[Total : 1    Moyenne : 5/5]

Et voici une sélection d’articles qui pourraient vous plaire:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A propos

Nous sommes Gaëlle et Jérémy, un couple de trentenaires et nous avons tout quitté pour vivre à temps plein sur notre voilier Kerguelen.

Pour nous contacter, envoyez-nous un message à :

Show Buttons
Hide Buttons

Vous voulez suivre nos aventures en direct sur Facebook ?

C'est par ici